Piv on ? / Qui suis-je ?


Piv on ? / Qui suis-je ?
Bertrand Deléon on-me, 45 bloaz, kelenner ar skolioù, o chom e karter Kergadoù e Gwened. Ezel eus meur a gevredigezh ma ‘m eus kargoù ; oberiant er vuhez kêr, war an dachenn bolitikel, sokial, sevenadurel, ekologel. Lodek e vezan ingal evit difenn ar c’hopridi, o gwirioù, hor gwirioù hiniennel ha broadel kement-ha-kement. Bet danvez-dilennad meur a wezh, soñjal a ra din ez eo ret ha reizh reiñ da Vreizh adkavout he renk e-touez broioù Europa hag ar bed ha kement-mañ evit mad an holl re zo o chom er vro.

Mon investissement dans la vie locale et nationale répond au projet que je défends pour la société bretonne :

- Engagement associatif :

- Début des années 90, service militaire « artilleur en protocole-ville » comme secrétaire à l’Association Kelc’h Sevenadurel Gwened (Cercle culturel vannetais).
- Bénévolat dans les années 90 à l’association Ensemble contre le chômage à Vannes.
- Milieu des années 90, intervenant à l'hôpital de Vannes auprès des anciens brittophones en fin de vie, qui ne parlaient pas ou plus français ; participation à l'animation de la bibliothèque également.
- Membre d’associations culturelles, écologistes et Bretagne Réunie (CUAB) à cette période.
- Adhésion à Skoazell Vreizh (« le secours breton ») jusqu’à maintenant. Tenue de nombreux stands.
- Participation à toutes les mobilisations, parfois l’organisation, pour les langues, la réunification, le droit des peuples, contre les atteintes à l’environnement (marées noires, nucléaires…)…
- Fondateur de Bemdez en mai 1998, association culturelle et militante. Implication des milieux culturels dans leurs responsabilités politiques, organisation d’événements (concerts, théâtre, journées de loisirs en breton pour enfants, randonnées, découverte du patrimoine, études toponymiques, cours de breton et de gallo, 11 novembre breton…).
- Mobilisation à Carnac en 2002 contre le projet de « Menhirland », la spéculation immobilière et l’économie sacrifiée pour le "tout-tourisme". Installation d’un centre culturel dans le belvédère de Kermario, succursale du Ministère de la Culture, pendant 41 jours.
- Soutien actif aux militants de Stourm ar Brezhoneg dont l’action, combinée à celle plus officielle de Bemdez, a permis la mise en place d’une signalétique bilingue en Morbihan.
- Appui des prisonniers politiques bretons durant les années 2000. L’un des membres fondateurs de la Coordination Anti-Répressive de Bretagne. Missionné pour une conférence de presse entre Basques-Corses-Bretons… en présence de la presse internationale et d’hommes politiques à Paris en 2000.
- Créateur de la Marche des Libertés Bretonnes en 2002 et 2003 : convergence d’associations et de partis pour une plateforme unitaire.
- Fondateur en 2010 d’Emglev Bro Gwened, entente des associations du pays de Vannes dont les buts sont relatifs à la culture bretonne.
- 2012 : co-financeur d’une plaque représentant la solidarité britto-irlandaise apposée dans l’Ouest du Donegal à Bundoran en Irlande, présence au défilé et à la commémoration au sein de la délégation bretonne. 

- Engagement syndical :

- Actif au SLB (Sindikad Labourerien Breizh) au début des années 2000. Organisation d’un collectif de défense des services publics et du Centre-Bretagne avec plusieurs syndicats et associations en 2004.
- Délégué syndical et responsable pour le premier degré, SNEIP-CGT (enseignement) de 2011 à 2015 (contractualisation des écoles Diwan sans attendre 5 ans ; défense et accompagnement des salariés, dans leurs droits, leur carrière, leur statut ; dossiers syndicaux et communications en breton…). 

- Engagement politique :

- Candidat aux élections municipales en 2001 à Vannes, initiateur de la démarche Forum Breizh : presque 6 % des suffrages.
- Cantonales 2008.
- Législatives en 2012.
- Tête de liste aux Municipales en 2014 pour la liste « Notre Chance l’Indépendance ».
- Candidats aux Départementales en 2015, Notre Chance l’Indépendance.
- Tête de liste pour les Régionales de 2015, Notre Chance l’Indépendance.
- Fondateur du parti indépendantiste SBD - Strollad Breizh Dizalc’h, 2017.

- Parcours professionnel : 

- Etude d’Histoire à Lorient, puis Breton-Lettres Celtiques à Rennes ;
- Assistant éditorial à An Here, première maison d’Edition en breton à cette époque (livres pour enfants, dictionnaires, romans, essais…), best-sellers en français (20 % de l’édition, Mémoire d’un Paysan Bas-Breton) de 1998 à 2003 au Releg-Kerhuon puis à Plougastell-Daoulaz.
- Enseignant remplaçant en breton, par immersion linguistique, en 2003-2004, postes sur plusieurs villes.
- Concours de Professeur des Ecoles en 2005.
- Enseignant, directeur plusieurs années et par deux fois.

Mon engagement pour la société se résume à un proverbe et une volonté marquée :

- Pa veuzo Pariz e tiveuzo Kêr Iz : quand Paris sera engloutie, la ville d’Ys ressurgira. Une belle métaphore et tellement probable.
- La Bretagne doit trouver sa souveraineté, sa place, et devenir un moteur dans une Europe des peuples émancipés et prospères.

Lignes directrices :

- Convaincre les Bretons que la solution à des problèmes politiques est politique. Combattre ainsi deux cancers qui rongent toute voie émancipatrice : la confiance envers les personnalités politiques - cautions bretonnes des partis politiques français représentés en Bretagne ; le dédouanement de tout engagement militant politique par un investissement exclusivement culturel.
- L’internationalisation des luttes pour l’indépendance, en dehors de toute querelle partisane et sans l’enfermement dans les dogmes de courants politiques ou religieux passés (tirer les conséquences de l’histoire).
- L’unité se fera selon une ligne indépendantiste épurée et sans concession.
- Briser les tabous qui nous empêchent d’avancer alors qu'ils sont bien souvent entendus par le plus grand nombre.
- La libération nationale du peuple breton est la seule solution pour l’avenir, sur tous les plans (économique, social, culturel, linguistique).