Complotisme


30 Dec
30Dec

J’ai regardé les informations télévisées ce soir. Oui, l’avènement du vaccin dans l’Etat français, je ne voulais pas rater ça ! Oh non, je ne suis pas ordinairement anti-vaccins mais j’observe de près cette évolution de la société qui ne connaît plus la nuance, qui juge sans discernement au nom paradoxal de la non-stigmatisation. Je ne suis pas complotiste, je ne cherche pas à étiqueter chaque événement sans analyse aboutissant à des certitudes. Je crois en la science, dans l’absolu, et je reste ouvert à toutes les hypothèses. Je crois en la réalité, à la quête de l’infaillibilité souvent inatteignable. Je ne crois pas en un dieu mais je respecte les croyances. Je déteste quand l’une d’entre-elles s’impose comme une vérité auto-proclamée lancée à la face du peuple. J’honnis les dogmes, ces règles de vie imposées et indiscutables au risque d’être étonnement cloués sur la croix si l’on s’en détache.

Dans la « crise du Covid-19 », nous y sommes. Et les médias sont là pour appuyer cette vérité que ne partagent pas tous les scientifiques, notamment les plus diplômés. Cet oracle engendrant la déraison dans les décisions ne correspond plus à l’ensemble des données, pas plus en statistiques qu’en analyses scientifiques. Il a sûrement une raison économique et politique à tout cela mais je ne l’ai pas et je ne tirerai pas des plans sur la comète. Car, le complotisme est aussi une forme de dogmatisme en pansement. Le tout est d’apprendre à vivre de la Raison, c’est une quête difficile.

Alors, dans cet écran abrutissant du JT de 20 h., on a eu le droit à la grande mise en scène : les dirigeants européens assistant aux premières vaccinations contre ce virus qui n’aura pourtant pas fait monter d’1 % la mortalité 2020 par rapport à 2019. Des chefs d’Etat et des ministres qui se gardent bien de se faire vacciner d’ailleurs… Imaginez donc une vraie pandémie de type médiévale : croyez-moi, les dirigeants n’auraient pas hésité un seul instant à s’en protéger. C’était en outre une belle occasion pour ces médias de montrer une Union Européenne parlant d’une seule voix, à en oublier ses totales divisions sur le sujet depuis mars.

Dans la foulée, un reportage lénifiant, prenant les gens pour des demeurés : l’historique des peurs des vaccins, sans aucun discernement des maladies ni des produits utilisés ces dernières décennies. L’histoire de bien faire comprendre que si vous n’obéissez pas à cette vaccination, vous êtes un idiot, un complotiste, un peureux… pour un virus tuant réellement 0,01 % de la population dont 80 % n’auraient eu une espérance de vie n’excédant pas un an. Là, nous ne sommes pas dans le complot mais dans la science dure : les mathématiques.

Ensuite, quasiment rien sur l’actualité internationale… Une pensée au passage pour les Arméniens du Haut-Karabagh tombés dans l’oubli de la « communauté internationale ». Arrivent les intempéries et ça a soufflé à 146 km/h au somment de la tour Eiffel ! Mais si ! Franchement, qu’est-ce qu’on s’en br… Pardon. Une pensée sincère pour les millions de professionnels réellement exposés. « Impactés » auraient dit nos journaleux-neuneus… Que je déteste ce néologisme digne d’une société plus capable d’inférer !

Enfin, pour couronner le tout, on a eu le droit aux « méchants jeunes » qui ne vont pas respecter les gestes-barrière le jour de l’An ! (Oui, « gestes-barrière », je ne comprends pas ce « s » décrété par l’Académie Française : tous ces gestes feraient bien une barrière au virus. Enfin, c’est du moins la théorie : si on arrête de respirer, de toucher les objets, de mettre les pieds par terre, etc. lol !).

En attendant la fin de cette hystérie entretenue par les dirigeants et les autorités non-compétentes en la matière, les établissements recevant du public tombent les uns après les autres ; des salariés sont sur la paille ; la jeunesse qui a environ 0,0(…)1 % de risques d’être affectée par la maladie en question ne peut plus s’épanouir, se fréquenter ; la culture, le propre de l’Homme et des peuples, est reléguée comme non-essentielle ; les liens sociaux sont brisés ; dans les codes, ce sont les acquis sociaux qui tombent comme autant de garanties de droits humains arrachées par d’âpres luttes qui s’effondrent les unes après les autres.

Cette privation de Libertés, qu’on ne le veuille ou non, est digne d’un couvre-feu d’occupation militaire… Mais sans la guerre... On frôle l’HP collectif. Il n’y a pas besoin d’avoir fait Sciences Po ni médecine pour le comprendre : juste savoir lire, écrire, compter. Vous savez, ces apprentissages fondamentaux que je défends régulièrement et qui font de moi un vieux con d’enseignant à traîner devant les tribunaux. ‘M fiche, je suis né « vieux con » et tant pis si cela déplaît. Je le vis bien.

La phrase résumant le mieux cette année 2020 est manifestement cette réaction spontanée du Professeur Raoult au cours d’une interview : « Qu'est-ce qu'on va suggérer ? Que tout le monde reste enfermé parce qu'il y a des virus dehors ? Mais vous êtes tous fous, vous êtes devenus tous cinglés ! ». Cela ne fait pas de moi un complotiste, je ne lui voue aucun culte à ce monsieur. En revanche, je trouve tellement justes de tels propos dont la limpidité est si éloignée de la compacte littérature scientifique dont il doit avoir la pleine maîtrise. Je suis simplement une personne ayant un cerveau pour réfléchir et discerner un peu. Pas plus intelligent et pas plus con qu’un autre. Alors, on sauve ce qu’il reste d’humanité ou on continue à nous vautrer dans la médiocrité à en creuser notre tombe ?

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.