Message simplifié à l’attention de la majorité agenouillée devant les mesures de l’état d’urgence sanitaire


04 May
04May

A l'heure actuelle, le Covid-19 a tué officiellement 0,003 % de la population mondiale. Si tous les cas n'ont pas été comptabilisés, il y a aussi des pays qui, selon des experts, auraient tendance à attribuer abusivement des décès au coronavirus.

Au moins les 2/3 de cette mortalité sont également à imputer à une santé précaire, de graves pathologies dont l'état est avancé, des personnes très âgées… Nombre de ces dernières n'a pas obtenu le traitement le plus efficace, voire qu’il s’agisse de personnes traitées trop tard ou qui n’ont tout simplement pas suffisamment été isolées à temps alors que le reste de la population est arbitrairement confinée (c'est le cas de la France).

Sans les tergiversations politiques, notamment autour de la question de l'hydrochloroquine, le pourcentage aurait pu donc descendre en-deçà de 0,001 % de mortalité par le Covid-19 dans la population mondiale. Nous sommes très loin d'une pandémie !

Depuis quelques jours, le nombre de cas admis dans les hôpitaux et en réanimation est en baisse constante dans presque tous les pays.

Par ailleurs, les Etats ne pratiquant pas le confinement total ont jusqu'à 3 fois moins de morts proportionnellement aux autres pays au sein de leur population.


Quelles leçons en tirer ?

1/ Les mesures de confinement ont pu initialement ralentir l'arrivée de malades dans les services de santé - services affaiblis par la politique de certains Etats (France) - mais n'ont aucune utilité réelle à l'heure actuelle.

2/ Masques, gants, distanciation sociale, limitation des déplacements, casse des acquis sociaux et piétinement du Code du Travail, fermeture de commerces et d'entreprises n'ont aucune utilité si ce n'est d'infantiliser les gens, d'une part ; d'autre part, d'effondrer la société par l’accroissement des inégalités sociales et donc de la précarité pour ce qui concerne les derniers points cités.

3/  La peur généralisée, par des informations anxiogènes martelées par des médias contrôlés et subventionnés pour ce faire, installe une forme de dictature. Elle est en marche et avance à grands pas puisque les Libertés fondamentales sont bafouées de manière croissante chaque jour. C’est un recul sans précédent depuis les années 40.

4/ Le comportement de l'écrasante majorité de nos concitoyens est irraisonné et contribue activement au désastre.

5/ Le petit nombre d'individus lucides dénonçant ces mesures depuis le départ a eu raison dans son argumentaire sur toutes les questions liées à cette crise planifiée. Le scénario qu'ils redoutaient a bien eu lieu. Ils ont été montrés du doigt, parfois dénoncés et insultés. Ils s’exprimaient pour le bien de toutes et tous ; ils avaient raison !

Il est encore temps de les écouter, ils auront raison sur le reste. C'est en effet dans la logique des choses et d'une limpidité sans appel.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.